Le corps idéal n’existe pas.  Contrairement à la statuette que j’ai créé dans les années 90, inspirée de la Vénus de Milo d’Alexandros d’Antioche, un sculpteur grec de l’époque Hellénistique et qui lui, c’était inspiré par l’influent sculpteur grec Polyclète, qui avait établi un canon de ce qu’étaient, selon lui, les plus belles et plus harmonieuses proportions du corps humain.

En effet, je pense que la beauté existe dans tous les corps et que si le nombre de barrières psychologiques diminuait nous arriverions plus facilement à nous épanouir. Les types de corps que l’on admire ou les normes esthétiques varient selon les endroits, les cercles sociaux et les époques. Ma Vénus renait de ces cendres car avec elle le mot Beauté se transforme en Bonté grâce à une prière qui servait de réchauffement à certains workshops, Paplo « Vela fait réciter une prière Navajo à ses participant.es. L’exercice consiste à ma marcher en récitant cette prière, et de le faire dans un état proche de la méditation, c’est-à-dire en suspendant l’ego :

 

Avec la Beauté devant moi, je marche,

Avec la Beauté derrière moi, je marche,

Avec la Beauté au-dessus de moi, je marche,

Avec la Beauté en-dessous de moi, je marche,

Avec la Beauté tout autour de moi, je marche,

La Beauté est partout,

La Beauté est partout,

Puissions-nous tous marcher dans la Beauté.

 

La répétition joue ici un rôle clé : elle ajoute une forme de densité au déplacement, étant donné que chaque répétition demande d’entrer dans la prière avec une attitude différente. On ne marche pas simplement en récitant une prière : on devient cette prière, on devient ce déplacement, en une sorte de « devenir » (au sens deleuzien) qui n’a rien à voir avec l’image ou l’effet produit.

 

La Prière Navajo est un exercice de sincérité et de précision, qui puise à même la vie intérieure des participant.es. L’exercice vise à éveiller et à révéler aux participant.es qui illes sont vraiment dans leur rapport à soi et aux autres, ce qui implique d’être dans une attitude civilisée, à la fois ancrée dans le moment présent et ouverte aux possibles ».

 

1.TOURANGEAU, Sylvie, STANTON Victoria, BÉRUBÉ, Anne, Le 7e Sens, TouVA, Sagamie édition d’art, p. 130.